Apprendre et comprendre

Pour apprendre la radiesthésie, il faut :

– convenir d’un langage de communication avec l’inconscient et le définir une fois pour toutes. Beaucoup de radiesthésistes conviennent que rotation dans le sens horaire = réponse oui , rotation dans le sens contraire = réponse non.

Pour ma part, l’expérience m’a apprise que les réponses à choix multiple induisent des risques d’erreur supplémentaires. J’ai donc défini le principe de la réponse à oui relatif : le pendule tourne toujours dans le même sens, et de façon plus ou moins significative selon la véracité de la pensée. En fait, je considère le pendule comme un indicateur qui réagit selon que ma pensée est juste ou non. Je lance le pendule en oscillation, je pense à ce que je veux vérifier, je regarde la réaction de mon pendule. S’il reste en oscillation, c’est que la pensée que j’ai est fausse. S’il tourne légèrement, c’est la pensée est légèrement juste, s’il tourne moyennement, ma pensée est moyennement juste et s’il tourne fortement, ma pensée est très juste. Cette méthode s’applique à toutes les recherches.

Je pense que toutes les réactions qui semblent automatiques, c’est à dire dans un sens sans que les opérateurs l’aient clairement défini, sont des réactions choisies par l’inconscient, qui a sa façon d’analyser propre, mais hélas ne suivant pas la logique de l’esprit conscient. Ces réponses sont donc porteuses de risques d’erreurs non négligeables. C’est le cas par du travail « à main nues ». On laisse l’inconscient choisir un langage pour nous dire si le lieu est bénéfique ou non. Le plus logique serait de nous faire sentir mal quand le lieu est négatif. Ceci est intéressant mais offre le grand inconvénient de nous conditionner avec des réactions susceptibles de se produire par la suite pour nous donner des informations parfois utiles, mais surtout désagréables. Cette pratique apporte un plus sans aucun doute, mais il faut faire attention à la maitriser, c’est à dire à débrayer et ne la mettre en route que quand c’est nécessaire. Apprendre avec une personne expérimentée et gardant bien les pieds par terre me semble nécessaire.  Sinon, avec le temps, il  deviendra difficile d’être en communauté, car l’inconscient va  manifester ses découvertes en vous rendant mal à l’aise. Ceci offre en plus l’inconvénient de ne pas tenir compte de l’intensité. Vous pouvons donc nous sentir mal à l’ aise pour des influences négatives faibles.  Ce risque n’existe pas si vous travaillez à travers les instruments de radiesthésie.  La maitrise du mental et le conditionnement uniquement à travers le pendule et la baguette vous protégeront d’informations non à propos de votre inconscient.

– Faire la recherche en tenant compte que c’est notre inconscient qui recherche en fonction de ma pensée. J’aurai une réaction exactement selon ma pensée. Il faut donc attacher un soin particulier au choix de ma pensée de recherche. De ce fait, la radiesthésie est un art qui allie la connaissance et l’intuition, car je ne pourrait penser correctement dans un domaine qui m’est inconnu.

– La recherche se fait par tout notre être, c’est à dire pensée consciente et pensée inconsciente. Il faut donc attacher un soin particulier à détecter les pensées parasites qui seront dans l’inconscient, c’est à dire les suggestions et autosuggestions. Attention, celles ci peuvent être tres subtiles.

– Il faut que je laisse mon bras et ma main à la disposition de l’inconscient, c’est ce qu’on appelle un état de réceptivité.
]Pour apprendre et comprendre, il y a de nombreux ouvrages. Cependant, pour profiter au mieux de ce site et des conseils qui vous seront donnés dans la lettre mensuelle, je vous conseille mon livre « La radiesthésie au quotidien par la méthode de la pensée juste ». J’y développe les principes de la radiesthésie en les dépouillant de tout ésotérisme superflu, ceci accompagné d’un ensemble d’exercices pratiques.

Ces principes sont amplement expliqués, démontrés et mis en pratique dans mes ouvrages et séminaires.